Un pour tous…

Posté le 25 février 2015

Il faut toujours en rajouter un couche.

Faire léloge de « l’homme abbatu par le systéme » est une chose. Mais avant de voir du coté de l’autre. Je voulais faire le point sur les confusions et ou interpretations.  Ne pas confondre « L’homme abbatu par le systéme » contre « L’homme dévalorisé par le systéme », voir « dégradé ». L’un interpréte un état qui lui est propre se situant comme repère dans un espace qu’il dédaigne, exécre, il veut instaurer (inséminer) sa propre loi dans la loi. Il est incompris mais fiére de l’être. Le revendique en cas de passport contre le systéme.

L’autre emmagasinant, encaissant les coups, celui pour qui son travail  passe avant tout, il est assidu, même si pas parafait, mais améliorable dans son travail (une ressource stable pour son système), il n’a rien à cacher, n’étale pas trop sa vie privé, et ne participe pas aux rassemblements de « l’homme abattu » (grande faute !!!). Son bonheur et une contradition contre « lhomme abbatu », sa dignité une insulte, son ascention dans l’entreprise le rapproche de plus en plus de la dictature, son sérieux une méchanceté, quad- t’il s’exclue des conversations dangeureuse, un traitre !

Il passe rapidement de « L’homme de raison » (comprendre simple ) a celui de dégradé. Mais par qui ? Pas par « l’homme abbatu par le systéme « .

 

 

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire